Nouveau scandale de corruption : les hauts journalistes français Christian Chesnot et Georges Malbrunot soudoyés par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis

Partie 1 – Un rapport d’enquête de Paolo Fusi, directeur d’IBI World London (IBI) et en partenariat avec Democracy Centre For Transparency (DCT) a révélé que les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite paient des journalistes et des universitaires français à des fins d’image de marque et de blanchiment. Le reportage portait sur Christian Chesnot et Georges Malbrunot et leur relation avec l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Le rapport publié récemment suggérait que des journalistes français expérimentés recevaient des paiements pour diffuser leur agenda. Elle a également révélé des liens controversés entre les deux journalistes et des individus impliqués dans l’antisémitisme et des activités financières controversées.

Les régimes autocratiques du Moyen-Orient tels que l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont connus pour leurs violations et abus incessants des droits humains. Qu’il s’agisse d’espionner leurs citoyens, d’éliminer la liberté d’expression, de commettre des crimes de guerre au Yémen ou d’abuser des travailleurs asiatiques, les deux régimes ont créé une image et une marque laide pour leurs monarchies pétrodollar. Pour nous en France et en Europe, ces deux pays sont un exemple de systèmes draconiens qui ne respectent pas notre éthique et nos valeurs. Les rapports de Human Rights Watch, d’Amnesty International et des Nations Unies ont tous documenté des milliers de crimes commis par ces monarchies.

Lobbying et blanchiment
Malgré l’image affreuse des deux monarchies, certaines voix françaises et européennes se mettent dans une position embarrassante où elles fonctionnent comme des outils de propagande et des journalistes de gestion de marque pour faire paraître le mal et faire passer les abuseurs pour des anges.

Le rapport indique : « Son nom est Abdulrahim Ali. Un personnage controversé impliqué dans l’espionnage d’activistes politiques et faisant partie des services de renseignement en Égypte. Toute l’histoire du livre “Qatar Papers” commence et se termine avec lui – le véritable sponsor et inspirateur de l’ensemble du projet. C’est un député égyptien, élu sur les listes du parti du président Abdel Fattah Al-Sisi, arrivé au pouvoir par un coup d’État en juillet 2013. La carrière d’Ali est due à des financiers étrangers. Ces financiers, il y a un peu plus d’un an, l’ont convaincu de s’installer à Paris. Ici, Ali se bat pour saboter les pays opposés aux politiques des Émirats arabes unis et de l’Arabie saoudite. Il a réuni autour de lui une équipe de journalistes, pour la plupart licenciés par leurs éditeurs – et mène à leurs côtés un combat d’extrême droite, contre l’islam modéré et l’intégration interreligieuse. Ali chevauche un livre qui semble basé sur des faits et qui est au contraire un chef-d’œuvre de désinformation : un livre écrit par les journalistes français Christian Chesnot et Georges Malbrunot, magistralement produit par la Grande Machine de propagande wahhabite.
Ali a été impliqué dans son émission télévisée, Al Sandouq Al Aswad (La boîte noire), a été arrêtée après des plaintes contre ses comportements de diffusion d’interviews enregistrées pour des militants politiques et des journalistes en Égypte.

“Qatar Papers Book”, payé par les EAU pour attaquer le Qatar

En 2014, Christian Chesnot et Georges Malbrunot, ont écrit un livre intitulé “Qatar, les secrets du coffre-fort” dédié à porter atteinte à l’image du Qatar et à son impact dans divers domaines internationaux. En 2016, ils ont poursuivi leur campagne centrée sur le Qatar avec un nouveau livre intitulé “Nos trés cher emirs”, encore une fois, avec pour seul objectif d’attaquer le Qatar et son image en le liant au terrorisme international au Moyen-Orient. Au printemps 2019, ils ont publié “Qatar Papers”.

Christian Chesnot et Georges Malbrunot ont acquis la notoriété en 2004, lorsqu’ils ont été enlevés pendant la guerre d’occupation en Irak. Déjà à cette occasion, au moment de la libération, leur histoire d’emprisonnement n’était pas crédible et était pourtant controversée. Ceux qui ont affirmé que les deux journalistes avaient menti ont été poursuivis, mais ont ensuite été acquittés du tribunal ;

Au cours de leur travail d’auteurs, Chesnot et Malbrunot ont acquis une réputation de polémistes, non de journalistes et de chercheurs objectifs. Avant “Qatar Papers”, leur livre précédent, “Nos trés chers Emirs”, a été porté devant la Cour par quatre des personnes citées dans ses pages. Les Tribunaux, avec leurs jugements, ont montré jusqu’ici que Chesnot et Malbrunot ont menti ;
Même dans l’activité journalistique, Georges Malbrunot, visant à défendre le président de la Syrie, Basher Al Assad, a encouru des déclarations qui se sont révélées profondément fausses et qui ont certainement nui à sa réputation.

Parallèlement, Georges Malbrunot collabore depuis des années à une campagne visant à lever l’embargo international contre l’Iran. Malbrunot agit comme lobbyiste dans le cadre de l’alliance entre l’association CIE Cercle Iran Économie et le Groupe Sénatorial d’Amitié France – Iran

Les articles, discours, tweets de Malbrunot et nombre de ses prises de position donnent une image positive de ces régimes répressifs. Cela ne peut qu’indiquer sa pleine implication dans leur machine de propagande.

Un livre motivé
Le livre prétend faussement et sans fondement que le gouvernement du Qatar Doha s’infiltre principalement en France, mais aussi dans tout le monde occidental, afin de saper les fondements de la démocratie, de soutenir le jihad mondial, de remplacer la religion chrétienne par la religion musulmane par la violence.

« Qatar Papers » n’est ni un livre académique ni un livre journalistique ; c’est un morceau de propagande qui s’inscrit dans le contexte de la campagne anti-Qatar menée par les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et l’Égypte et fait partie de leur politique étrangère agressive contre le pays. Le livre est unilatéral et infesté de propagande et d’arguments déséquilibrés qui visent tous à nuire à l’image du Qatar en France.
Le livre a été utilisé en France comme outil de la campagne Fake News, désinformation, propagande et théorie du complot contre le Qatar. Un nombre limité d’éléments de droite, en association avec des entreprises et des ONG rouges et des centres de recherche autoproclamés. La campagne s’est appuyée sur ces entités obscures pour désinformer le public français sur le terrorisme au Moyen-Orient et ses commanditaires. Le travail de ces entités n’a jamais dénoncé le terrorisme parrainé par l’Arabie saoudite ou les Émirats arabes unis ; et leur seul objectif était d’incriminer faussement le Qatar.

Qatar Papers Book et relation avec les Panama Papers

Les Qatar Papers sont sponsorisés par une société impliquée dans le scandale des Panama Papers.
Christian Chesnot et Georges Malbrunot ont tous deux été impliqués dans une implication «rouge» et douteuse et douteuse avec des partis controversés qui minent entièrement leur crédibilité. Par exemple, la version anglaise de “Qatar Papers” 2020 est sous le parrainage de Global Watch Analysis qui est administré et géré par Countries Reports Publishing LTD (CRP) qui est une société basée au Royaume-Uni. Le CRP est également responsable de l’édition et de la traduction du livre. Après une recherche approfondie, nous avons constaté que CRP n’est pas une société d’édition, ni de traduction, ni de relecture ou d’édition. Il n’a pas de bureaux à Londres et est enregistré dans une maison dans les bidonvilles de l’extrême nord de Londres. La société est dirigée par une personne mystérieuse et controversée nommée Thomas Edmund Ashman. Nous avons découvert que M. Ashman est fortement impliqué dans les Panama Papers et gère également plus de 26 entreprises. Il y a des signes visiblement clairs, comme indiqué ci-dessous, qui suggèrent qu’Ashman travaille pour les Saoudiens et les Emiratis et qu’il n’est qu’une couverture pour leurs activités voyous.
De l’argent d’Arabie Saoudite et d’Iran ?
Selon le rapport, Malbrount semble également gagner de l’argent en prenant la parole en Arabie saoudite et en travaillant comme lobbyiste pour l’Iran.

Ainsi, avec le temps, et le manque de succès politique et commercial des “Qatar Papers” et du projet de propagande qui s’y rattache, alors que Chesnot est devenu très décalé, Malbrunot devient de plus en plus présent et affirmé, au point de va prendre la parole au Forum des médias saoudiens à Riyad et affirmer que la presse occidentale exagère lorsqu’elle parle de terrorisme islamique et remercier l’Arabie saoudite et ses journalistes pour les progrès réalisés vers la démocratie, le pluralisme et le professionnalisme – toutes choses qui ne le font certainement pas soutenir la réputation de Malbrunot.

Malbrount est également impliqué dans une mystérieuse entreprise de tourisme où il a été répertorié comme conférencier dans Cruise Ships to Dubai, ce qui semble être une couverture pour obtenir de l’argent.

Un rapport de DCT a suggéré de révéler des liens peu clairs entre Malbrount de Qatar Papers et la société de tourisme en France. capable de documenter de manière concluante d’où provenaient les sommes colossales nécessaires pour payer la production parallèle du livre et du film “Qatar Papers”, mais met en évidence le fait que la société de Lionel Rabiet, Croisières d’Exception Sarl Paris, a déposé des états financiers pour plus de 10 millions d’euros par an sans pouvoir démontrer une quelconque activité entrepreneuriale, ce qui suggère que cette société a reçu l’argent nécessaire de sponsors politiques étrangers, peut-être même ceux des nombreuses participations de Malbrunot à des conférences au Moyen-Orient. Le livre “Qatar Papers”, en lui-même, a obtenu jusqu’à présent des chiffres de vente négligeables, tant en France qu’au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Italie ;

Georges Malbrunot a des liens étranges avec Croisières d’Exception Sarl, une société qui prétend travailler dans des organisations de voyages en mer à travers le monde, y compris aux Émirats Arabes Unis. Nous avons trouvé peu de preuves de tels voyages. Nous avons également noté un bond irrégulier de leurs revenus entre 2017 et 2020 qui ne correspond pas à l’activité de leur entreprise. Malbrunot se pose peut-être des questions sur sa relation avec cette entreprise et les voyages aux Emirats Arabes Unis en 2019 ? Où y a-t-il des voyages à Dubaï ? A-t-il parlé à bord de ces voyages ? Combien a-t-il été payé pour ce voyage ? Combien a été entièrement payé par Croisières d’Exception entre 2017 et 2020 ?

Implication avec les antisémites
Les auteurs ont choisi de travailler avec la controversée Global Watch Analysis (GWA), dirigée par le directeur antisémite Atmane Tazaghart, qui a déjà été renvoyé de France 24 News. Tazaghart, ancien rédacteur en chef de la rubrique arabe de France 24, a été suspendu de ses fonctions suite à la découverte de propos qu’il avait tenus lors d’une interview sur une chaîne libanaise pro-Hezbollah Al Mayadeen, financée par l’Iran en 2013. La vidéo du L’interview a été publiée le 22 avril par le journal électronique « All4syria », et l’information a été repérée par le Jewish Tribune.
Nos doutes sont devenus plus profonds lorsque nous avons découvert que Malbrunot était impliqué dans la promotion du tourisme aux EAU et d’autres projets commerciaux en Arabie saoudite. Nous avons également découvert que Malbrunot était répertorié comme conférencier dans une compagnie de croisière basée à Paris dans Trips to UAE. Pourtant, nous n’avons trouvé aucune avance de son implication dans ces voyages. Nous avons remarqué que la compagnie de croisière avait de grosses sommes d’argent sur son compte en peu de temps. Notre analyse suggère que la compagnie de croisière pourrait être impliquée directement ou indirectement dans les affaires de Malbrunot et de ses clients !

Ian Hamel, un pigiste qui n’écrit depuis des décennies que dans de petits journaux suisses locaux, qui a publié une biographie d’un des leaders des Frères musulmans, Tariq Ramadan – un livre, qui fait l’objet d’une enquête pénale par les autorités judiciaires suisses pour falsification de documents, diffamation et autres délits connexes.
Sans oublier que Malbrunot travaille également avec Abdelrahim Ali, un homme connu pour avoir aidé les régimes égyptiens à réprimer la liberté d’expression, y compris le recours à la violence.

Qui a fait la promotion du Livre ?
Un rapport du Democracy Center For Transparency (DCT) a révélé que le livre avait été immédiatement et exclusivement promu par les médias saoudiens/émiriens/égyptiens, connus pour leur parti pris pour ces États ou pour faire partie des médias appartenant aux États – en plus de liens apparents avec les services de renseignement au Moyen-Orient. Cela comprend Al Arabiya TV, Skynews Arabia, Alkhaleej Newspaper, the Arab Weekly, Al Bayan Newspapers, the Arab News et El Ain, ainsi que des dizaines d’autres médias.

La promotion du Livre a également été faite par des particuliers et des organismes financés par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.
Pendant ce temps, le CEMO, le Centre d’études saoudien salarié d’Abdelraheem Ali, a lancé sa propre ONG, Global Watch Analysis (GWA), basée à Paris, coordonnée par Abdelraheem Ali, Atmane Tazaghart et Ian Hamel, et qui a lancé une action de propagande fébrile contre Qatar, axé sur la thèse sur l’existence d’une alliance structurelle entre le gouvernement du Qatar
Entre-temps, Abdelraheem Ali a entamé un travail de lobby fébrile, s’attardant fortement sur l’amitié et l’alliance de Marine Le Pen, et sur le système des lobbies politiques en France, organisés en structures appelées “Groupe d’Amitié”.

“Qatar Papers” existe parce que l’équipe du CEMO Centre d’Études du Moyen Orient, dirigée par l’ancien officier des services secrets égyptiens Abdelraheem Ali et directement financée par une agence étatique saoudienne, a fourni aux deux journalistes le matériel et les contacts personnels, qui ont été nécessaires pour le compléter, en suivant fidèlement et servilement leurs instructions et celles de ceux qui ont livré le matériel documentaire volé, vraisemblablement de la DarkMatter de Faisal Al Bannai et Mohamed bin Zayed Al Nahyan, par l’intermédiaire du Centre d’études et de recherche stratégiques de l’ECSSR en Abou Dabi.

Réaction de la France
La célèbre éditrice américaine Katharine Graham a dit un jour : « Les informations, c’est ce que quelqu’un veut supprimer. Tout le reste est de la publicité. Le pouvoir est de fixer l’ordre du jour. Ce que nous imprimons et ce que nous n’imprimons pas compte beaucoup.

DCT a montré le rapport aux universitaires, politiciens et journalistes français qui ont été choqués par les résultats. Ils ont suggéré que Malbrunot sape le journalisme en France en raison de ses liens avec ces régimes.

« Malheureusement, Malbrunot a accepté pour lui-même de supprimer la vérité, de modifier son journalisme avec une propagande qui sert les monarchies tyranniques en échange de primes financières. Je suis dans l’industrie du journalisme en France depuis 25 ans, j’ai vu des histoires similaires mais pas comme celle-ci. Les conclusions de ce rapport sont sérieuses et Malbrunot doit immédiatement répondre à ces affirmations. Dit le journaliste qui a refusé de montrer son identité

Un haut responsable politique français et membre de l’Assemblée nationale a promis à DCT d’ouvrir une enquête sur ces allégations. Il a ajouté : « Les pays du Guld ne devraient pas être autorisés à se mêler de notre courant dominant. Les journalistes français ne doivent pas être entraînés dans de telles activités. C’est honteux. Il faut enquêter. »

Electric Scooter XElectric Scooter XElectric Scooter XElectric Scooter X

Subscribe

Related articles

Electric Scooter X